L’ANNIVERSAIRE D’INFODROITS 1994-2014 – 20 ans !

Au début, je n’ai pas réalisé. J’ai pensé « plan de com´, valorisation, lisibilité, effet levier … » Et puis doucement, quelque chose s’est glissé en moi, rien de fantastique, pas d’héroïsme ni de folles épopées, juste des souvenirs … Et de la fierté, une fierté simple : celle d’avoir participé à la construction d’une action utile, d’avoir agit pour le bien commun.

Après vingt ans, mes souvenirs sont des images, des couleurs, des mots, des gestes aussi. Je me souviens d’Alain Rousset – député, président de la région Aquitaine – attentif face à notre argumentation et décrochant son téléphone pour obtenir nos premiers rendez-vous avec l’administration. Je me souviens d’une phrase de Jean Touzeau – maire de Lormont et vice-président du département de la Gironde – nous demandant si nous avions conscience de « déplacer une montagne ». Je me souviens de l’oeil malicieux du doyen Carbonnier et de ses mots justes sur nos fonctions d’adoucisseurs du droit. Je me souviens des entretiens avec les bâtonniers, difficiles mais positifs et pleins de respect. Je me souviens du soutien sans faille des magistrats. Il y eu aussi l’impressionnant rendez-vous avec Alain Juppé, à la mairie de Bordeaux, et ses mots sur l’importance de notre association. J’étais tremblante, place Vendome, avant d’exprimer mes idées devant le cabinet de la Ministre … Et nous étions fous de joie après le vote de la loi sur l’accès au droit, consécration de cette idée simple pour laquelle nous nous battions sans relâche.

1994-2014 ! Il s’est passé tellement de choses ! Ecartant mes souvenirs, j’ai voulu synthétiser : Infodroits, c’est quoi ?

C’était juste une idée, permettre l’accès au Droit pour tous en expliquant la loi, en orientant vers les bonnes personnes et en rassurant.

La folle envie d’envoyer des milliers de jeunes juristes partout sur les territoires s’est concrétisée avec la mise en place de permanences itinérantes, d’abord en zones rurales, puis dans les quartiers sensibles et un peu partout. Nous avons tout essayé : des étudiants en fin d’études, des jobs d’appoint, des retraités bénévoles, des professionnels … l’essentiel était de garantir la meilleure information juridique possible, une technicité sans faille adossée à des qualités pédagogiques et une déontologie rigoureuse. La déontologie, c’était vraiment important : nous étions spécialistes de l’information juridique de proximité, ne pas confondre avec le conseil, convaincre des synergies possibles et toujours orienter dans le respect des autres règles déontologiques … Il était impératif de ne jamais déborder de notre périmètre d’action.

L’impérieuse nécessité de mieux former aux règles juridiques de base a conduit au développement de deux actions. Des activités ludiques destinées aux jeunes et permettant de mieux appréhender les notions de droits et devoirs, les règles essentielles de la vie en société et les risques liés à la méconnaissance de ces règles. Des formations techniques pour les professionnels, essentiellement du secteur social, afin de mieux maitriser l’enchevêtrement réglementaire, l’importance des délais et voies de recours, les  conséquences des prises de décisions.

C’était aussi une ambition, créer un nouveau métier d’intermédiaire du Droit. Il y a eu tellement de mots : assistant juridique, assistant juridique de proximité, intermédiation, adoucisseur, information et orientation, aide aux formalités …

C’était une méthode, en organisant un système de financement mutualisé et en développant des circuits de formation. Le financement public devait payer les permanences d’information juridique de proximité. La formation devait s’auto-alimenter.

Vingt ans après ! C’est juste incroyable mais Infodroits n’a pas changé ! Infodroits n’a pas vieilli ! Toujours des permanences itinérantes, toujours de jeunes juristes plein d’énergies, toujours des formations pour les jeunes comme pour les professions spécialisées.

Infodroits, c’est encore un réseau spécialisé dans l’accès au Droit, permettant à chacun de connaître l’étendue de ses droits et devoirs, favorisant les liens avec les administrations comme avec les professions juridiques et judiciaires, offrant un service simple et fiable pour tous.

Infodroits, c’est encore une grande idée qui veut se développer :  s’ouvrir à l’ensemble du territoire national, mieux former les professions confrontées aux normes juridiques, mieux former aussi les futurs professionnels du Droit en leur permettant d’aiguiser leurs pratiques au service du bien commun.

Infodroits, c’est encore une volonté : apporter une réponse pratique et simple à l’excessive complexité des normes et à l’inflation législative, plaies béantes de nos sociétés.

Vingt ans après, moi par contre … j’ai vieilli. J’ai vieilli et changé ! Je ne m’en plains pas d’ailleurs, mais c’est une autre histoire.

Candice de Laulanié, Présidente d’Infodroits

Publicités

INFODROITS, UNE UTOPIE CONCRETE

Lorsque j’étais sur les bancs de la Faculté de Droit, je cherchais toujours les applications concrètes et pratiques de cet enseignement : le cours de droit pénal pour m’aider à comprendre comment déposer plainte et suivre le sort de la procédure si je me trouverai un jour en position de victime, le droit de la consommation pour tous les achats que j’effectuerai dans ma vie afin de ne pas subir la malhonnêteté d’un commerçant, le droit de la famille si par hasard la lubie de me marier me prenait, puis l’envie de divorcer, le droit du voisinage pour tenter de me défendre lorsque mes colocataires voisins envisageaient leurs premières années d’études comme l’occasion de faire la fête tous les jours de l’année civile. Bref, j’ai appris, appris, appris, appris et encore appris tout ce qui pouvait me servir dans ma vie : me défendre mais aussi mieux comprendre les droits des personnes que je serai amenée à côtoyer.

Je me trouvais extrêmement chanceuse de pouvoir ainsi connaître tant de lois, je réalisais même combien connaitre les lois est un pouvoir.  Si mon caractère avait été différent, cette conscience du pouvoir de la connaissance des lois m’aurait amenée là où quelques juristes s’égarent, imbus de leurs savoirs et de leurs connaissances, mais j’étais (hélas peut-être) de ceux qui considéraient que ce savoir des lois devait être partagé parce qu’il est commun à tous et que les lois sont l’expression du peuple ….UTOPIE ?

Et souvent, je me faisais la remarque suivante : mais pourquoi le Droit, dans ses principaux fondements, n’est-il pas enseigné à l’Ecole ? Cela permettrait à tout un chacun, soit de mieux se défendre, soit de réaliser les limites de ses droits ou d’identifier encore ses responsabilités en tant que citoyen…….UTOPIE ?

De nombreuses fois, je me suis répétée que connaitre ses droits et devoirs permettrait ainsi de mieux se situer dans la vie, et c’est assez rapidement que je compris que je n’étais faite ni pour appliquer les lois tel le magistrat, le représentant de l’Etat ou de l’autorité, ni pour contourner les lois comme c’est la vocation de certaines professions, de manière fondée, mais que les comprendre, les expliquer, et les vulgariser pour mieux aider les autres était bien plus dans ma nature…..  mais rien de la sorte dans les offres d’emploi de l’époque… .. UTOPIE ?

Lorsque j’eus terminé mes études, je pensais bien que ces idées n’étaient qu’UTOPIE. Jusqu’au jour où cette utopie devint alors concrète pour moi car j’eus la chance inouïe de pouvoir croiser les deux personnes pour lesquelles cette même utopie était naissante. InfoDroits venait de naître, les statuts de l’association avaient été déposés depuis plusieurs mois déjà,  mais l’utopie n’était pas encore tout à fait concrète.

Ce fut un honneur lorsqu’elles me demandèrent d’assurer une partie des premières permanences juridiques dans ce petit local du quartier de la châtaigneraie à Pessac et j’étais toute heureuse, chaque mardi après midi, de pouvoir décoder pour les habitants de ce quartier une partie du code civil pour les uns, du code pénal pour les autres, au grand désespoir de mes parents qui, contrairement à moi, avaient bien assimilé que ce bénévolat, certes enthousiaste, ne me ferait pas manger. Jusqu’au jour où… … l’utopie devint concrète par une première subvention qui fut accordée à InfoDroits, et qui permis pour moi mon embauche le 1er avril 1995.

De ce moment, CHAQUE UTOPIE DEVINT CONCRETE :

– les permanences juridiques d’InfoDroits permettent à tout un chacun soit de mieux se défendre, soit de réaliser les limites de ses droits ou d’identifier encore ses responsabilités dans la vie en tant que citoyen……  UTOPIE CONCRETE.

– les salariés, bénévoles et membres du conseil d’administration d’InfoDroits, passés, présents et à venir, posent comme principe que le savoir des lois doit être partagé ……  UTOPIE CONCRETE.

– pour eux, comprendre les lois, les expliquer et les vulgariser pour mieux aider fait souvent partie de leur nature profonde…….UTOPIE CONCRETE.

– quand le Droit, dans ses principaux fondements, commence à être enseigné à l’Ecole, les juristes d’InfoDroits envisagent une sensibilisation des enfants aux lois mais aussi à leurs droits et devoirs d’enfant… …UTOPIE CONCRETE.

Il a fallu souvent une bonne dose d’idéalisme pour maintenir cette utopie et la rendre concrète. Mais elle n’est plus utopie, elle est REALITE à présent. Longue vie à InfoDroits.

Valérie GABILLARD, membre du conseil d’administration d’InfoDroits, ancienne salariée.